Archive for the ‘Révoltant’ Category

- Pratiques inacceptables contre les libertés syndicales à La Courneuve.

Jeudi, février 5th, 2015

Le syndicat UFICT et le syndicat Ouvrier /Employés de la mairie de La Courneuve nous informent que suite à une réunion de négociation sur la fin de contrat d’un collègue après 8 ans de service public, une accusation d’enregistrement à l’insu des participants a été portée sans preuve par la Municipalité contre une camarade du syndicat ouvriers/employés. Cette tentative de déstabilisation, vise à faire taire la CGT et à favoriser la CFDT à La Courneuve. Alors que les deux syndicats sont dans une situation de tension, suite à une négociation dure avec le Directeur général des services qui veut réduire considérablement les droits acquis sur les règlements intérieurs du CTP et CHSCT, ils ont demandé également un protocole d’accord de dialogue social afin que l’espace d’expression démocratique, la considération et le respect des organisations syndicales soient garantis.

Nous vous transmettons le courrier du Maire et la réponse de la CGT.

C’est quand tout le monde est au courant que nous sommes plus fort et que les pratiques inacceptables reculent.

- En plein coeur de l’été, vous pouvez toujours compter sur la CGT !

Jeudi, juillet 24th, 2014

- La fédération a publié un communiqué qui réaffirme l’opposition de la CGT à la réforme dite des « rythmes scolaires » et en demande le retrait (communiqué ici). Avec ce communiqué, une pétition nationale à été éditée (ici).

Sans attendre la rentrée, partout où c’est possible, pouvons nous la présenter aux animateurs ? – Comme le précise le tract des territoriaux de Bagnolet, qui fait le point sur les revendications 4 mois après les élections municipales :  » Peut-on accepter qu’après avoir mené un front commun pour le report de la réforme des rythmes scolaires afin, entre autres, de laisser le temps pour une véritable concertation avec les parties concernées, celle-ci [la réforme] soit finalement mise en place sans aucune concertation avec le personnel ? NON » .

Ce problème n’est-il pas posé partout ?

– Face à une situation particulièrement délétère à Bobigny, dont la presse a fait état, la CSD a décidé d’adresser une lettre ouverte à Mme Lebranchu, ministre de tutelle, au préfet, au député ainsi qu’au maire pour réaffirmer que les agents ont des droits et que l’on entend qu’ils soient respecté. Vous trouverez ici la lettre ouverte de la CSD.

– Le syndicat des territoriaux de Pantin nous a fait parvenir le dernier numéro du Trait d’union, son bulletin local. Bonne lecture.

Le collectif comm’

- Elections 2014 : la démocratie est en danger, réagissons !

Dimanche, mars 16th, 2014

Après la remise en cause des élections prud’homales, le gouvernement prétend supprimer le vote à l’urne dans les collectivités pour les élections locales (CAP, CTP). Les élections se dérouleraient ainsi sur plusieurs jours. On imagine les pressions sur les agents, l’absence de transparence dans le scrutin, la fabrication des votes !

 Le vote à l’urne est une tradition démocratique, le remettre en cause, c’est remettre en cause la démocratie !

 Vous imaginez l’élection municipale par correspondance ?!

Exigeons partout, par courrier, motion, pétition, le « vote à l’urne » pour les CTP et CAP localement. Voici un modèle de courrier à adresser au maire de votre commune : modèle courrier vote à l’urne CAP.

Intervenons auprès de nos Maires, du Président du Centre de Gestion, pour manifester notre opposition et notre colère, notre attachement au vote à l’urne !

Le Maire d’Epinay a répondu favorablement à la CGT. Quand au  Maire des Lilas, il devrait savoir que le vote par correspondance n’est obligatoire que pour les CAP – CTP des communes qui ont un effectif inférieur à 50 agents ! La réponse du syndicat CGT donne toutes ces précisions et rappelle quelques principes de base au Maire de la ville.

Poursuivons l’action ! Voici un modèle de courrier à adresser à nos élus : modèle de courrier pour demander le maintien du vote à l’urne.

 => Téléchargez ici le tract de la CSD qui appelle au rassemblement.

=> NOUVEAU : Appel intersyndical CGT – FO  pour le rassemblement du 31 mars devant le CIG de la Petite Couronne.

RASSEMBLEMENT LE 31 MARS 2014

à 11 heures

DEVANT LE CENTRE DE GESTION A PANTIN

(métro Eglise de Pantin)

 

Destructions de services publics de proximités

Mercredi, juin 12th, 2013

La CSD s’associe à l’action de l’union locale Bagnolet/Les Lilas qui s’oppose à la fermeture de la maternité de proximité des Lilas et demande un changement de cap en matière de politique de santé au travers de l’abrogation de la loi Bachelot.

Tous les détails de leur lutte dans ce communiqué expliquant pourquoi la fermeture de cet établissement n’est pas due aux besoins des usagers mais à l’incurie d’une direction défaillante et à une volonté purement politique de rationalisation financière qui ignore l’intérêt des futures mères.

Le collectif comm.

Retraites : Le Medef ré-attaque

Mercredi, juin 12th, 2013

De réformes qui n’arrangent rien, en réformes qui détruisent le bien commun, les précédents gouvernements ont tous cédés aux sirènes du Medef, qui les poussaient à faire peser toute évolution sur les épaules des salariés.

Le gouvernement actuel ne vaut pas mieux que ses prédécesseurs, il vaut peut être même moins.

Une fois de plus, les remèdes n’ont rien à voir avec le mal. Une fois de plus, il vise la mauvaise cible. Une fois encore le bien commun n’est pas l’objectif général de l’action entreprise.

La CGT à pris position sur ces non-sens dans ce texte qui rappelle que des propositions alternatives ont été faites par la CGT pour attaquer les racines du mal. Une intersyndicale des retraités CGT, FO, FSU et Solidaires dénonce ici les méfaits de ce projet.

Le gouvernement de François Hollande à une fois de plus bafoué les principes du socialisme en prenant fait et cause pour le patronat et en spoliant les salariés des droits hérités des luttes du siècle dernier qui avaient entre autres amené un gouvernement vraiment socialiste au pouvoir en 1981. C’était l’ère du socialisme qui abaissait l’age de la retraite, revalorisait les pensions et prenaient des mesures concrètes face au patronat pour faire baisser le chômage.

Le décès de Pierre Mauroy a été l’occasion pour le président de la République de rendre un vibrant hommage à l’un des siens, mais les idéaux du socialisme semblent être enterré depuis bien longtemps déjà.

Le collectif comm.

Le 30 mai 2013 : Journée d’action contre le «projet de loi de modernisation de l’action publique territoriale et d’affirmation des métropoles»

Mercredi, mai 22nd, 2013

Comme l’indique l’appel unitaire CGT-FO-FAFPT (ci joint) : « Nos organisations, représentant près de 60% des personnels territoriaux, réaffirment leur opposition au projet gouvernemental ».

« Pour nos organisations, ce projet est porteur de lourds risques de reculs pour le service public territorial, ses usagers et ses agents. La métropolisation provoquerait la désertification de pans entiers du territoire et constituerait une rupture inacceptable avec le principe de service public de proximité. S’agissant des conférences territoriales, outre les risques d’inégalités de traitement des usagers selon les régions et les intenses opérations de lobbying entre collectivités qui ne manqueront pas de prospérer, cette disposition ouvrirait de grandes incertitudes pour les personnels. L’instabilité qui en découlerait en termes d’organisation des services et de conditions d’emploi pour les personnels ne manquerait pas d’occasionner un recul de la qualité du service public. Ce projet entend par ailleurs développer la mutualisation de moyens entre collectivités, dans l’objectif assumé de rationaliser les moyens dans un contexte de baisse drastique des dotations aux collectivités. Nos organisations ne peuvent que rejeter une telle conception de la mutualisation, synonyme de dégradation de la qualité du service public et des conditions de travail et d’emploi des agents. »

A nous d’informer sans attendre les agents de nos collectivités du caractère de gravité sans précédent de ce projet de loi, en lien avec la loi Sapin (ANI du 11 janvier) qui vise à instaurer la concurrence entre les territoires, les salariés pour le plus grand profit des actionnaires.

=> L’UD CGT 93 et la CSD ont décidé d’adresser un Courrier aux Sénateurs pour les alerter sur les dangers du projet de loi et leur demander de le rejeter.

=> Tous devant le Sénat le 30 mai (un préavis de grève a été déposé – ci-joint)

 *****

***

*

Des arguments pour agir : Le 13 mai dernier la CSD organisait une réunion débat sur la question de l’Acte III de la décentralisation et les dangers de la « métropolisation ».

 Voici une synthèse de la discussion :

Il a bien entendu été rappelé d’emblée que la Fédération CGT des Services Publics demande le rejet de l’Acte III de la décentralisation. Nous avons vu qu’il ne s’agit plus aujourd’hui, contrairement à ce qui est indiqué, de « décentralisation », mais d’un acte de réorganisation du territoire national dans un but strictement économique. D’ailleurs la ministre Lebranchu le rappelle autant que possible : « il faut dégager des marges financières ».

Concernant la métropole de Paris, le projet de loi impose pour les Hauts de Seine, la Seine Saint Denis et le Val de Marne la couverture intégrale du territoire par des Etablissements publics de coopération intercommunale à fiscalité propre (EPCI). Ces EPCI devront être d’un seul tenant et sans enclave et former un ensemble d’au moins 300 000 habitants.

=> 2 communautés d’agglo ont la taille requise : Est Ensemble et Plaine Commune et 3 n’ont pas la taille requise : Le Bourget-Dugny-Drancy, Clichy-Montfermeil et Plaine de France. Si l’on rajoute les 14 communes du département non membres d’un EPCI à fiscalité propre, ce sont 22 communes du département sur 40 qui sont immédiatement concernées.

=> La métropole de Paris sera administrée par un conseil métropolitain (article 77) réunissant le maire de Paris et les présidents des EPCI membres de la métropole… ni les maires, ni les présidents des conseils généraux ou celui du conseil régional n’en feront partie. Il y aura donc plusieurs structures superposées, dont une seule aura le pouvoir économique… justement celle échappant au contrôle des électeurs !!

Les ménages payent 75% des impôts récoltés et les entreprises privées sont les premières à bénéficier des services publics ! La métropole va par conséquent entériner cette situation.

=> La métropole interviendra obligatoirement dans 3 domaines de compétence :

- aménagement et logement (c’est la fin programmée des Offices HLM municipaux),

- transition énergétique (un marché juteux pour les SPL),

- hébergement et urgence sociale (les remplacements progressifs des services publics sociaux par un tissu associatif avec un personnel précaire).

=> Qui sera responsable des écoles, des collèges, des lycées ? Avec la loi, il y aura possibilité de transférer, par exemple, les écoles à la Métropole (rapport avec la loi Peillon de « territorialisation de l’école »). A ce moment là, le personnel sera soumis aux conditions de mobilité développées dans la loi de transposition de l’ANI !

=> Pour les territoriaux, au-delà de la remise en cause du statut, c’est la remise en cause de tous les avantages locaux (régime indemnitaire) qui sera imposée = voir ce qui se passe actuellement sur Est Ensemble où les régimes indemnitaires sont définis en fonction du niveau le plus bas pratiqué dans les communes adhérentes.

L’Acte III vise à nous imposer un autre système, le « nouveau modèle français » qui reviendrait en fait à ré instaurer un ancien modèle, celui des grandes féodalités, fondées sur la dérèglementation du marché du travail (loi sur l’ANI du 11 janvier), la flexibilité, l’individualisation des salariés (la casse du statut), la concurrence dite « libre et non faussée » chère à l’Union Européenne. N’est ce pas là le contenu de ce que François Hollande appelle une République unique avec des territoires différents ?

La mise en concurrence des services publics avec les firmes privées (notamment les Bouygues, Véolia and Co…) passe dès aujourd’hui par la généralisation des PPP (les partenariats public- privé où les frais reposent sur les impôts et les bénéfices vont dans les poches des actionnaires), déjà au nombre de 400 dans toute la France et par la généralisation des Sociétés Publiques Locales (SPL). Pourquoi les SPL à la place des régies ? Parce que les SPL permettent de recruter du personnel hors statut, en CDD… et surtout rapportent des dividendes à  la commune. Les SPL créent ainsi une relation de clientélisme avec les usagers et non plus une relation de service public. La SPL peut fixer librement les tarifs de ses prestations… au prix du marché.

Face à cette volonté de remettre en cause les structures de la République, ouvrant la voie au retour aux grandes féodalités, l’heure est à l’information et à l’action.

C’est pourquoi nous avons conclu notre réunion par une discussion sur la nécessité de faire connaître les enjeux de la réforme auprès des collègues et auprès des usagers.

Vous trouverez plus d’informations dans ce dossier.

=> Quelles conséquences pour nos communes ?

=> Quelles conséquences pour notre statut (au moment où ce compte rendu est rédigé, la ministre Lebranchu indique : il faut toiletter la loi Le Pors !) ?

=> Quelle élaboration, quelle riposte au niveau régional ?

Discutons-en.

Premier rendez vous, le 30 mai devant le Sénat

w:LsdException Locked= »false » Priority= »72″ SemiHidden= »false »

Logement – fin de la trêve hivernale : reprise des expulsions

Mercredi, mai 15th, 2013

Alors que la crise économique frappe de plein fouet de nombreuses familles, c’est toujours un langage de bataille qui est employé pour parler de la « trêve » hivernale sur le front du logement.

Même les « bailleurs sociaux » considèrent la fin de cette interdiction de mettre les gens à la rue comme une autorisation de vider les appartements habités par des gens en difficultés. La CGT des Services publics intervient souvent auprès de ces organismes, qui relèvent du service aux populations, pour tenter de trouver des solutions humaines et revendiquer un véritable suivi social des locataires et l’interdiction des expulsions locatives.

C’est  le cas, par exemple, de notre camarade Sarah qui se retrouve face à intransigeance de l’OPHLM de la ville de Montreuil. La CGT des Services publics de la région Ile-de-France par son représentant,  Denis Vinchent a écrit au préfet de Seine-Saint-Denis (voir le courrier ici) pour qu’il intervienne sur ce dossier et qu’il prenne conscience de l’ampleur de cette question sur tous les départements de notre région.

A l’heure où le « droit au logement » ne doit plus être une vaste tromperie dans notre pays, la fin de la « trêve » reste placée au 1er avril. Difficile d’en rire quand la 5ème puissance mondiale met à la rue des familles entière avec leurs enfants.

Le sage a dit qu’on reconnaissait la valeur d’une société à la manière dont elle traitait ses membres les plus démunis. Selon la CGT, à l’aulne de la question du logement, le constat est accablant.

Le collectif comm.

Pantin : De l’utilité des C.H.S

Mercredi, octobre 24th, 2012

Nos camarades de Pantin, suite à la visite de leurs élus C.H.S  dans les vestiaires du personnel des espaces verts de leur ville, ont constaté des problèmes récurrents sur le respect des articles du code du travail.

Cela laisse à penser que les règles d’hygiènes et de sécurité sont loin d’être une priorité pour l’employeur, comme vous pourrez le constater dans le rapport ci-joint. Le personnel a été renforcé sans tenir compte de l’aménagement des locaux.

Pantin n’est pas la seule ville où les problèmes d’hygiène et de sécurité se posent !

Ce document nous interpelle sur le respect des règles d’hygiène et de sécurité dans toutes les collectivités.

Si vous aussi, vous constatez des conditions de travail délabrés ou insalubres, prenez contact avec vos élus C.G.T. de votre C.H.S.-C.T. Ils vous soutiendront dans vos démarches et useront de leurs pouvoirs d’élus pour faire respecter les règles.

N’hésitez pas à vous battre pour le respect de vos conditions de travail dans votre entreprise, c’est votre santé qui est en jeu et la santé c’est pas un jeu.

Le collectif comm.

Rémunération : la paye des fonctionnaires toujours bloquée

Mercredi, juillet 18th, 2012


Non content d’avoir annoncé une hausse du smic dérisoire, le gouvernement s’est bien retenu d’annoncé toute augmentation de la valeur du point d’indice de rémunération pour la fonction publique.

Rappelé dans cette article de la gazette des communes notre fédération combat depuis longtemps pour que le pouvoir d’achat des fonctionnaires revienne à un niveau décent.

Pour comprendre l’étendu des dégâts il faut relire l’étude fédéral qui indique clairement l’ampleur de la perte directe des employés de la fonction publique.

La plupart des gains de rémunération dûs aux évolutions de carrière ont été absorbés par cette hémorragie qui touche toutes les catégories de personnel titulaires et non-titulaires.

La CGT rappelle les difficultés des collectivités territoriales pour recruter les jeunes diplômés qui peuvent commencer dans le privé avec des salaires bien supérieur à ce que la fonction publique peut leur offrir.

Dans le même temps de plus en plus de fonctionnaires de catégorie C (les plus bas salaires) se retrouvent dans des situations financières dramatiques qui poussent certains d’entre eux à la rue alors qu’ils ont un salaire.

salaires

C’est l’Etat qui régule cette question primordiale.

Combien de temps encore ce nouveau gouvernement dit « de gauche » restera t’il sourd aux évidences des nécessité de la relance de la consommation.

Les petits salaires ne thésaurisent pas, ils améliorent leurs conditions de survie.

Le combat c’est maintenant !

Le collectif comm.

Pantin : En Kern et contre tous !

Mercredi, juillet 4th, 2012

Nos camarades de Pantin ont réunis plus de 1100 signatures de soutien à leur mouvement qui durent maintenant depuis plus de 2 mois dans les écoles primaires et maternelles.

Leur dernier tract nous interpelle car le maire de pantin, monsieur Kern, fait toujours la sourde oreille malgré le haut niveau de mobilisation et le soutien de la population.

Ce maire ne peut plus faire l’impasse sur le dialogue sociale avec les agents qui participent et permettent l’éducation des enfants Pantinois.  C’est une très mauvaise perspective pour le service public rendu aux habitants de cette ville car l’attaque sur les écoles est souvent utilisé pour tester la réaction de la population.

Les édiles profitent du peu de connaissance de leurs administrés du fonctionnement des écoles. Ils testent les limites de ce que leur population est prêtes à subir en terme de perte de qualité du service public en général.

La bataille pour la qualité du service public aux populations de tout âges est au coeur de nos combats. Monsieur Kern doit entendre les revendications de nos camarades et les aspirations de sa population plutôt que de continuer à appliquer une politique Sarkozyste de destruction du bien commun.

Face à de telles attaques la CGT ne lâche rien.

Le collectif comm.

Presse : Comment le management empoisonne le service public.

Mercredi, juin 20th, 2012

« Quand j’ai fait remonter à mon manager ces problèmes et ce que j’identifiais comme un défaut de contrôle des prestataires privés, dont les coûts ont été multipliés par deux, on m’a dit de fermer ma gueule. » nous dit un fonctionnaire interviewé dans cet article.

Nos camarades de Pantin qui poursuivent toujours leur lutte contre les coupes sombres et les coups bas de la « rationalisation » que veut imposer leur maire, monsieur Kern, ne s’y sont pas trompés quand ils ont lu le témoignage de notre collègue. Comme nos camarades d’Argentueil dans ce post sur leur blog, ils nous font part de leur propre expérience face à cette « entreprise » de destruction du service public.

Alors que nous sommes notés tous les ans sur notre sens du service public, nous devons faire face à des managers qui ne pensent qu’à la rentabilisation par le désamour du travail bien fait, du service rendu à la population. Entendent-ils déjà : « vendu » ou ignorent-ils vraiment les dégats qu’ils font ?

La CGT a toujours considéré ses interlocuteurs comme des gens intelligents et compétents, c’est pour cela qu’à Pantin comme ailleurs, la lutte continue sans relache pour combattre la Révision Générale des Politiques Publiques lancée par Sarkozy et ses relais locaux. La balle est dans la cour de l’Elysée mais la lutte est dans la rue.

Que cela soit au niveau national ou à l’échelon local, nous nous battrons pour protéger le bien commun que notre nation a mis deux siècles à construirent.

Au coté des camarades en lutte,

Le collectif comm.

Pantin : 4ème semaine de grève !

Mercredi, juin 13th, 2012

La municipalité de la ville de Pantin ne semble pas vouloir comprendre que les agents ont dis stop au passage en force de la rentabilisation au détriment de la qualité du service public.

Après d’autres conflits ce sont les agents de la restauration scolaire et du nettoiement qui arrive à un mois de grève pour empécher une « rentabilisation » qui s’en prend à eux et à la qualité du service public.

La CGT des territoriaux de Pantin dénonce dans ce tract une volonté politique de baisse de la qualité du service public et les méthodes de voyous d’un patron, leur maire, monsieur Bertrand Kern, qui fait appel au société privé pour briser la grève.

Face à de telles pratiques, les agents tiennent bon aussi parcequ’ils ne veulent pas traiter leurs concitoyens comme de vulgaires clients dans une entreprise sans coeur mais comme des usagers d’un service public de qualité qui répond au mieux aux besoins des populations qui les concernent.

Si comme la CSD 93 et l’ensemble de la CGT vous voulez leur apporter votre soutien, n’hésitez pas à leur laisser vos encouragements et à prendre contact par l’intermédiaire du site de l’UL de Pantin où vous trouverez de plus amples informations sur ce conflit.

Le collectif comm.